Retour

Les mutations du volontariat à l’ère numérique

Il y a quelques années, le développement des réseaux sociaux a vu se répandre une nouvelle forme d’activisme social : le slacktivisme (ou clickactivisme). Le terme, une fusion d’"activisme" et de “slacker”, qui veut dire fainéant en anglais, est résolument péjoratif. Il sous-entend qu’aujourd’hui, on se contente de signer des pétitions en ligne ou de partager des posts indignés, sans plus s’engager concrètement.

Lilly rum 342740

Selon un sondage, aux États-Unis, en 2016, 46% des millennials avaient fait du volontariat pour une cause sociale qu’ils estimaient importante et 52% avaient donné de l’argent à une cause sociale en laquelle ils croyaient. Ensuite, le numérique réinvente le volontariat et l’engagement de manière plus profonde qu’avec de “simples” campagnes de communication en ligne -- qui restent, notons-le, indispensables pour qu’une cause se fasse entendre.

 46% des millennials avaient fait du volontariat pour une cause sociale qu’ils estimaient importante et 52% avaient donné de l’argent à une cause sociale en laquelle ils croyaient.

Du clickactivisme au don d’argent

S’il faut détailler les étages de la fusée qu’est l’engagement social, le premier serait peut-être la signature de pétitions en ligne, suivi du don d’argent ou d’objets, puis du bénévolat et de ce qu’on appelle le mécénat de temps et de compétences, c’est-à-dire le fait d’apporter gratuitement son expertise à une association qui en a besoin. Aucune de ces formes n’est née avec le numérique, mais il est indéniable qu’elles se trouvent facilitées, voire approfondies à l’ère du slacktivisme. Premier étage, donc, les pétitions et campagnes de communication, qui grâce aux réseaux sociaux connaissent une audience inédite auparavant. 

La campagne virale Ice Bucket Challenge a ainsi permis, à la fois, de faire connaître au grand public la maladie de Charcot (ou ALS) et d’atteindre le deuxième étage, celui de la levée de fonds : plus de 100 millions de dollars ont été récoltés pour l'association ALS cette année-là, contre 2,8 millions l'année précédente. Bien évidemment, l’organisation d’une campagne virale à succès ne doit rien au hasard. Pour faire entendre ses messages, le mouvement américain 350 a ainsi construit un outil de conception de campagnes en creative commons, de manière entièrement décentralisée et collaborative. Spécialisé dans la sensibilisation sur le changement climatique et la lutte contre les énergies fossiles, 350 met à disposition de chacun une boîte à outils pour faire sa propre campagne en ligne. 

Ensuite, le succès de la campagne virale se mesure au volume des dons recueillis. Mais le don peut se faire aussi de manière régulière, à la fois plus modeste et plus durable. C’est ce que propose l’entreprise sociale MicroDON (voir interview), qui a importé en France l’arrondi en caisse et le microdon sur salaire. Les entreprises qui souhaitent encourager leurs salariés à donner ont ainsi recours à la plateforme développée par MicroDON, qui permet aux collaborateurs qui le souhaitent de donner chaque mois les centimes de leur net à payer, plus un montant complémentaire, à l’association de leur choix. Le tout passe par un outil numérique conçu par MicroDON pour s’intégrer aux logiciels de paie utilisés par l’entreprise. L’employeur peut choisir de doubler la mise et les dons vont directement à la cause choisie.

Donner de son temps et de ses compétences

Si, après avoir partagé une campagne et donné de l’argent, on veut s’engager “dans la vraie vie”, le numérique facilite aussi la démarche, avec des plates-formes qui mettent en relation des bénévoles et des causes. Par exemple, la start-up parisienne Charity répertorie les offres de volontariat et d’engagement associatif disponibles à Paris. Son moteur de recherche aide à trouver une cause et une association selon les thématiques qui vous intéressent et votre temps disponible par semaine. 

Le mécénat de compétences se fait aussi plus fluide grâce à des sites qui mettent en relation des professionnels prêts à mettre leurs talents au service d’ONG ou d’entreprises sociales qui ne peuvent les payer (voir brève). La start-up américaine Loqules pousse un peu plus loin la logique de ce type de mécénat, en y associant les directions des entreprises elles-mêmes. Loqueles est spécialisée dans l’organisation d’expériences qui mettent en relation des entreprises et des communautés. Pour répondre aux demandes de leurs salariés, les comités d’entreprise de Salesforce, Uber, Citibank et Facebook ont tous décidé d’utiliser ses services pour nouer un partenariat avec une association humanitaire locale. D’autres grands acteurs du numérique ont aussi pris le pli. Depuis 2014, Airbnb propose à ses employés 4 heures de volontariat par mois sur leurs heures de travail rémunéré. De son côté, Dropbox offre 32 heures payées par an à ses salariés pour qu’ils les consacrent à une activité associative. 

Ces initiatives peuvent être considérées comme des modernisations de ce qu’on appelle le congé de solidarité : en France, un salarié a le droit d’occuper ses congés à travailler (souvent à l’international) de manière bénévole pour une association. Le concept permet non seulement de recruter les compétences professionnelles spécifiques dont ont besoin certains projets, mais aussi de trouver des sources de financement. Si rien ne l’y oblige, l’employeur peut en effet choisir, dans le cadre de sa démarche RSE, de financer la mission de son salarié. Cette idée préexiste au numérique, bien sûr, mais elle pourrait bénéficier des plateformes pour mettre en relation volontaires et associations, et des réseaux sociaux pour gagner en visibilité. Un salarié en congé de solidarité pourrait lancer sa campagne en ligne sur la cause qu’il soutient, qui deviendrait virale et récolterait des dons grâce à tous les slacktivistes en quête d’une nouvelle initiative à défendre. Et voilà, la boucle est bouclée !

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

vente à emporter
3 min

Oui, les télétravailleurs ont le droit aux titres-restaurant !

Les télétravailleurs ont-ils droit aux titres-restaurant ? A l'heure du télétravail généralisé, la question fait débat. Pour Julien Anglade, directeur général de Up en France, la réponse est sans équivoque.

Lire la suite
Amenager bureau maison
1 min

Crise sanitaire : ma maison est mon lieu de travail, comment bien l’aménager ?

Travailler de chez soi était jusqu'ici une option qui permettait de gagner en souplesse pour concilier vie pro et vie perso. C’est devenu une règle qu’il nous faut respecter. Alors...

Lire la suite
Itw cherifa salaries aidants
2 min

Des salariés aidants reconnus sont ceux qui osent en parler

En charge de la promotion de la diversité au sein du groupe Up, Cherifa Messaoudi accompagne depuis 2016 la reconnaissance des salariés aidants. Une politique qui va bien au-delà de...

Lire la suite
Plogging
2 min

Le plogging, qu'est-ce que c'est ?

Allier sport et préservation de la planète, c’est possible ! Il suffit de s’essayer au plogging, une pratique de la course à pied qui consiste à collecter les déchets rencontrés sur...

Lire la suite
Rentree scolaire
1 min

Une rentrée plus légère avec le Chèque Domicile

C’est la rentrée, vous être salariés et vous avez besoin d’une aide pour le ménage ou pour les devoirs des enfants, mais vous pensez qu’embaucher et déclarer un salarié c'est compliqué ?...

Lire la suite
Cheque domicile dlq
1 min

Covid-19 : pour soutenir les services à la personne

Vous employez un intervenant à domicile (ménage, repassage, cours particuliers…) ou un.e assistant.e maternel.le pour la garde de votre enfant ? Cette information vous concerne.

Lire la suite
Teletravail demain.png
1 min

9 conseils pour télétravailler efficacement

Télétravailler efficacement et sereinement, c'est possible. Voici 9 conseils que les salariés et managers de Up s'appliquent à eux-mêmes et vous font partager bien volontiers !

Lire la suite
1140x640 magasine4
1 min

Magazine « Innovation Collaborative RH »

« À travers la Qualité de Vie au Travail l’entreprise peut développer sa performance. »

Lire la suite
Visuel demain.png
2 min

Un espace réservé pour manger sur le pouce en entreprise

En entreprise, à l’heure de pointe, trouver une place assise dans son espace de déjeuner confine souvent au casse-tête... Des solutions se développent pour manger sur le pouce.

Lire la suite