Retour

3 questions à Geneviève Garrigos : "On ne pourra pas faire avancer les droits si on ne met pas les moyens"

Geneviève Garrigos est la présidente de la Fondation des Femmes, créée en 2016 pour aider les associations engagées pour les droits des femmes à réunir des fonds et leur apporter un soutien matériel et juridique. Elle nous explique quels sont les grands enjeux liés à ces questions, et pourquoi il est important de valoriser la place des femmes dans la société.

Geneviève Garrigos

Présidente de la Fondation des Femmes

u&r

À quelles problématiques spécifiques la Fondation des femmes entend-elle répondre ?

gg

Quand on regarde le mouvement des associations qui oeuvrent à l’égalité femmes-hommes et contre les violences faites aux femmes, on voit que ce sont très souvent de petites structures qui ont des difficultés à collecter de l’argent, notamment parce qu’elles s’inscrivent dans un environnement où les institutionnels et les particuliers donnent peu pour soutenir ces sujets. Par ailleurs, elles ont peu de moyens juridiques, de communication, etc. La fondation a donc été créée en 2016 pour venir en soutien à toutes ces associations, avec une vocation de collecter de l’argent pour le redistribuer aux organisations sur le terrain. Nous avons également créé une force juridique, avec des avocats et avocates qui contribuent pro bono pour faire avancer le droit, soutiennent des organisations qui veulent porter des contentieux stratégiques devant la justice et apportent une aide juridique au fonctionnement des associations. Parallèlement, nous apportons un soutien matériel : c’est pour cela que nous avons créé Les Voisines, un espace dans lequel nous hébergeons des associations pour qu’elles aient accès à des locaux et puissent partager leur expérience et leurs compétences. Enfin, nous avons une activité de promotion de l’égalité femmes-hommes, avec des campagnes qui mettent en avant des femmes qui ont contribué à la société. Notre objectif n’est pas seulement de venir en aide aux femmes victimes de violence et de lutter pour l’égalité, mais aussi de montrer que les femmes sont des acteurs politiques et les valoriser.

U&R

Quel bilan faites-vous de vos premières années d’existence ?

gg

Nous avons soutenu de très nombreux projets. L’une de nos opérations phare pour la collecte de fonds, c’est la Nuit des Relais, que l’on organise à l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes le 25 novembre 2017. Cela nous permet, à travers une activité participative, de fédérer et de collecter de l’argent. Cette année, l’argent collecté (environ 60 000 euros) va nous permettre de favoriser l’accès aux droits des femmes dans un contexte de violence. C’est très important : il y a des lois, mais c’est souvent difficile d’être accompagnée juridiquement et matériellement pour avoir accès à la justice. Ce qu’a révélé le mouvement #metoo, c’est que ce sont des violences de très grande ampleur mais que beaucoup de femmes n’osent pas porter plainte : seules 10% le font et le nombre de condamnations est extrêmement faible. Il y a un effort très important à faire à cet endroit. 

Un autre sujet important pour nous, c’est la question des femmes qui ont en situation de très grande précarité. Nous avons deux projets phares. D’une part, nous organisons des collectes de protections hygiéniques : il y a souvent des collectes alimentaires et de vêtements, or les femmes dans la rue sont souvent jeunes et ont besoin de ces produits. L’autre projet porte sur la sécurisation des lieux d’hébergement. Aujourd’hui, non seulement on manque de places, mais beaucoup de femmes préfèrent rester dans la rue que d’aller dans ces hébergements, qui sont souvent mixtes et où elles risquent de subir des violences. Nous travaillons donc sur un projet pilote pour sécuriser les centres d’hébergement.

U&R

Quels sont vos principaux objectifs pour l’avenir ?

ED

Nous avons un comité scientifique où sont représentées les organisations de terrain : nos axes de priorité sont décidés avec elles, puisque nous travaillons pour elles. Les axes que nous avons choisis pour 2017-2018 sont donc l’accès à la justice, la lutte contre les violences, la sécurisation de l’hébergement et la valorisation des femmes. Comme le montre l’actualité, ce sont des problèmes de grande ampleur. À cela s’ajoutent bien sûr des opérations ponctuelles pour répondre à certains besoins, comme lorsque nous avons lancé une collecte pour reloger des jeunes femmes dont le centre d’hébergement avait pris feu. 

Lors de notre première année, l’une des premières choses que nous avons faites était de publier un rapport sur la question : “Où est l’argent pour les droits des femmes ?” Car l’argent est une question majeure. C’est ce que nous avons souligné lors de l’intervention du président Macron pour le 25 Novembre. Au-delà des déclarations, comment finance-t-on la lutte pour l’égalité et contre les violences ? On ne pourra pas faire avancer les droits si on ne met pas les moyens. Les associations sur le terrain, même si elles ont des bénévoles, ont besoin de ressources. C’est un point clé sur lequel nous continuerons d’insister.

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

Itw cherifa salaries aidants
2 min

Des salariés aidants reconnus sont ceux qui osent en parler

En charge de la promotion de la diversité au sein du groupe Up, Cherifa Messaoudi accompagne depuis 2016 la reconnaissance des salariés aidants. Une politique qui va bien au-delà de...

Lire la suite
Forfait Mobilites Durables
2 min

Forfait Mobilités Durables : comment faciliter son adoption par les salariés et agents publics

Plus d'un an après l'adoption du Forfait Mobilités Durables, 20 % des employeurs ont mis en place cette mesure. Une première avancée, qui peut être accélérée par des solutions simples...

Lire la suite
Soutien scolaire visuel ok
1 min

Sur fond de pandémie, les parents français tentent de soutenir le niveau scolaire de leurs enfants

Confinements, enseignement à distance, fermetures temporaires de classes... La pandémie a mis à mal la continuité scolaire.  Enseignants et familles font face avec les moyens du bord. Les employeurs peuvent...

Lire la suite
Hélène Rossinot
3 min

Les aidants représentent aujourd'hui un salarié sur six. Dans dix ans, ce sera un sur quatre

Hélène Rossinot, médecin et auteure du livre Aidants, ces invisibles*, a rencontré quelques-uns des onze millions d'aidants familiaux français et livre des pistes pour mieux les soutenir, alors que leur...

Lire la suite
Cartographie de la Qualité de Vie au Travail
0 min

Cartographie de la Qualité de Vie au Travail

La qualité de vie au travail se situe à la croisée de nombreux facteurs interdépendants et porte sur des enjeux à la fois individuels et collectifs.

Lire la suite
vente à emporter
3 min

Oui, les télétravailleurs ont le droit aux titres-restaurant !

Les télétravailleurs ont-ils droit aux titres-restaurant ? A l'heure du télétravail généralisé, la question fait débat. Pour Julien Anglade, directeur général de Up en France, la réponse est sans équivoque.

Lire la suite
Amenager bureau maison
1 min

Crise sanitaire : ma maison est mon lieu de travail, comment bien l’aménager ?

Travailler de chez soi était jusqu'ici une option qui permettait de gagner en souplesse pour concilier vie pro et vie perso. C’est devenu une règle qu’il nous faut respecter. Alors...

Lire la suite
Plogging
2 min

Le plogging, qu'est-ce que c'est ?

Allier sport et préservation de la planète, c’est possible ! Il suffit de s’essayer au plogging, une pratique de la course à pied qui consiste à collecter les déchets rencontrés sur...

Lire la suite
Rentree scolaire
1 min

Une rentrée plus légère avec le Chèque Domicile

C’est la rentrée, vous être salariés et vous avez besoin d’une aide pour le ménage ou pour les devoirs des enfants, mais vous pensez qu’embaucher et déclarer un salarié c'est compliqué ?...

Lire la suite