Retour

Quatre questions à Pauline Jouvenaux, de Rejoué : “Le jouet, c’est un sujet sympa pour parler d’économie circulaire et de réemploi”

Pauline Jouvenaux est chargée du développement commercial de Rejoué, une association de réinsertion par l’emploi qui collecte, revalorise et revend des jouets. Elle nous explique le rôle social de Rejoué et pourquoi l’économie circulaire est un sujet d’avenir.

Pourquoi avoir lancé Rejoué ?

PJ

L'association a été lancée en 2012 par Claire Tournefier. Avant cela, elle travaillait dans la communication, et elle a eu envie de donner du sens à ce qu’elle faisait. Elle voulait faire quelque chose dans l’insertion. Par ailleurs, elle est maman et elle a vu la manière dont les jouets s’accumulaient et dont elle ne savait pas quoi faire. Elle a fait quelques recherches et vu qu’il existait des structures similaires en France mais pas en Île-de-France. Rejoué a donc été lancé pour répondre à deux enjeux majeurs : d’un côté le besoin d'une solution d'insertion professionnelle pour les personnes éloignées de l'emploi, notamment les femmes, et de l’autre la surconsommation dans le domaine du jouet et le peu de solutions disponibles en Île-de-France.
Quel est votre mode de fonctionnement ?

PJ

La mission première de ​Rejoué, c’est de porter un chantier d'insertion. Des personnes éloignées de l'emploi sont accueillies et accompagnées pour un parcours de dix-huit mois en moyenne.​ ​L'association leur procure un travail, un salaire et un accompagnement complet. Il est important de noter qu'il s'agit d'une première marche vers l'emploi. Ainsi, ils bénéficient de l'aide d’un chargé d'insertion professionnelle, qui les accompagne en premier lieu sur les freins à l'emploi (logement, démarches administratives, endettement, santé, etc.), puis sur un projet professionnel ou de formation. L'insertion étant la priorité, durant leur parcours dans l'association les salariés vont suivre des formations, effectuer des stages et opérations de découverte de métiers, etc. Ils sont également accompagnés par un ou des encadrant(s) technique(s) dans leur travail au quotidien, qui les suivent pour le respect des règles et des horaires, les besoins en connaissance du jouet, etc.​ Depuis 2012, nous avons accompagné 88 personnes dans un parcours d’insertion personnalisé. Côté réemploi du jouet, notre équipe travaille en plusieurs étapes. D’abord, collecter les dons de jouets et livres, auprès des particuliers mais aussi au travers de collectes ponctuelles organisées dans les entreprises, les écoles, les crèches, les magasins, etc. En 2017, nous avons ainsi récolté 43 tonnes de jouets en Île-de-France. Ensuite, ces dons sont triés selon des critères de sécurité, puis valorisés pour pouvoir être remis en circulation : les équipes vérifient le fonctionnement, ré-assemblent et effectuent un nettoyage écologique. Ce travail est contrôlé, puis les jouets sont emballés si besoin, et enfin ils sont remis en circulation via différents canaux : une boutique pour les particuliers, une boutique pour les professionnels de l'enfance, des ventes extérieures lors de festivals du jeu ou marchés de Noël, des ventes privées pour des salariés d'entreprises et des bourses aux livres dans les écoles. Nous sommes en train de développer des partenariats avec des distributeurs également. Depuis 2012, nous avons collecté 140 tonnes de jouets, remis les ⅔ en circulation et vendu 88 142 jouets.
Quelles sont les principales raisons qu’ont vos clients d’acheter un jouet revalorisé ?

PJ

Pour les particuliers comme pour les professionnels de l’enfance, je dirais que ce qui compte c’est le soutien à une structure d'insertion, le réemploi du jouet et les petits prix. Pour les particuliers, on voit aussi que joue l'aspect "nouveauté", car le stock n'est jamais le même. Nous voyons notre nombre d’adhérents augmenter, et notre boutique a beaucoup de succès : le réemploi entre de plus en plus dans les habitudes, et va devenir incontournable. Contrairement à une brocante, en tant que client on sait que ça a été vérifié, que c’est complet, propre, etc. On participe aussi à l’élaboration la feuille de route sur l’économie circulaire du ministère de l’Écologie, donc on voit que l’impulsion est donnée d’en haut. Nous avons aussi de plus en plus de contacts d’entreprises qui veulent organiser des collectes chez eux. Et le jouet, c’est un sujet sympa pour parler d’économie circulaire et de réemploi.
À quoi ressemble l'avenir de Rejoué ?

PJ

Rejoué est passé à une autre échelle en 2017 en emménageant dans de nouveaux locaux, plus grands, qui permettent d'accueillir davantage de salariés en insertion et de traiter plus de jouets : nous en avons collecté 33 tonnes en 2016 et 43 en 2017. Rejoué est par ailleurs de plus en plus reconnue comme une structure de référence dans le domaine, comme le montre notre participation à l’élaboration de la feuille de route de l'économie circulaire qui sera prochainement présentée par le ministre de la transition écologique et solidaire. Rejoué travaille aussi à la mise en place d'un réseau national de structure dans le réemploi du jouet : c’est un gros projet, on sent qu’il y a une demande. Nous avons déjà mis en place des collectes nationales avec nos partenaires et Nature & Découvertes, par exemple. Il y a également tout un travail à faire sur la partie recyclage, qui intervient après nous. La filière de recyclage du jouet n’est pas organisée, les jouets ne sont pas pensés pour être recyclés, il n’y a pas d’écotaxe contrairement à l’électroménager, et chaque année cela fait beaucoup de déchets. Un autre défi, c’est la distribution : nous voulons nous positionner en tant que grossiste de jouets. Notre boutique en propre nous permet d’écouler du stock et joue le rôle de vitrine, mais ce n'est pas notre rôle premier que de vendre des jouets. Ce n’est pas simple de trouver un distributeur, parce que l’occasion n’est pas dans les habitudes du marché du jouet. Mais le premier qui se lancera aura une super avance sur tout le monde ! Il y a un travail d’éducation à faire auprès des consommateurs aussi, qui n’ont pas l’habitude d’avoir ces offres. On communique sur ce sujet, notamment dans les écoles dans lesquelles nous faisons des bourses aux livres : les enfants, ce sont les acteurs de demain, et puis ils ont besoin de savoir où vont leurs jouets, parce que c’est parfois difficile de s’en séparer !

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

Bleu blanc coeur 1.png
2 min

Produire mieux et consommer sain avec Bleu-Blanc-Cœur

Depuis vingt ans, l'association regroupe producteurs agricoles, distributeurs et consommateurs pour garantir une meilleure alimentation, la santé animale et le respect de l'environnement.

Lire la suite
forfait mobilités durables avec Up
3 min

Le Forfait Mobilités Durables en cinq questions

Sept Français sur dix choisissent encore la voiture pour leur trajet domicile-travail. Avec ce nouveau forfait, les employeurs privés et publics disposent d’un outil pour encourager l’adoption de mobilités douces.

Lire la suite
2 min

« Notre objectif est d’améliorer le bilan carbone des activités du CSE »

Le plus important CSE de Capgemini a mis en place une commission d’éco-citoyenneté avec un budget spécifique où siège un représentant de chacun des syndicats. Interview de son secrétaire, Didier...

Lire la suite
Cse environnement
2 min

Une place à prendre pour le dialogue social environnemental

Les CSE peuvent être acteurs de la transition écologique des entreprises. C'est la conviction de la Convention citoyenne pour le climat qui en a fait l’une de ses propositions.

Lire la suite
Visuel produits locaux dlq
2 min

Produits bio et locaux vs voyages aux antipodes

Tous les jeudis, dans un espace mis à disposition par la direction de l’usine Bosch de Mondeville, la moitié des salariés vient récupérer le panier de produits locaux bio, commandé...

Lire la suite
Visuel ce dlq
2 min

Développement local : le rôle à jouer des CSE

Naturellement, les CSE contribuent au développement territorial à travers les activités qu’ils portent. La récente visio-conférence organisée par Up a illustré à quel point leurs élus étaient bien conscients de...

Lire la suite
Img 0875 demain.png
3 min

"Aider les utilisateurs de nos titres à mieux manger"

À l’occasion de notre participation au Salon International de l’Agriculture 2020 au côté de notre partenaire Bleu-Blanc-Cœur, François Barbey, Directeur du Marché des Services aux Commerçants de Up, rappelle les...

Lire la suite
Biocycle.png
4 min

“À tout grand enjeu mondial, une réponse locale doit être apportée”

Rencontre avec Jean-François Recco, fondateur de Biocycle, une association d'intérêt général qui lutte contre le gaspillage et la précarité alimentaires.

Lire la suite
Up conf transition alimentaire.png
2 min

"Chez Up, nous avons un rôle à jouer dans la transition alimentaire"

Rencontre avec Arnaud Breuil, Directeur Partenariats et Coopération du groupe Up, à l'occasion de la conférence coorganisée par le groupe Up et le Groupe SOS sur le thème de la transition...

Lire la suite