Retour

Le commerce de proximité, garant de lien social

Après plusieurs années où il semblait menacé par la grande distribution, le commerce de proximité reprend du poil de la bête dans les villes. En effet, il apporte plus que des produits : un lien plus étroit avec les clients, de la vie et de l’animation dans le quartier, des services rendus, etc.

Commercant position 80

Revaloriser le lien social

Dans les années 1990, alors que les super et hypermarchés poussaient un peu partout à la périphérie des villes, attirant des consommateurs en quête de prix bas et de la commodité d’avoir tout au même endroit, Jean-Charles Naouri, alors PDG de Casino, prédisait le retour du commerce de proximité. C’est un article des Échos qui le raconte : il entrevoyait déjà le déclin de la voiture, la réduction de la taille des foyers (aujourd’hui, un foyer sur deux à Paris compte une seule personne) et le vieillissement de la population -- trois facteurs qui, combinés, laissaient présager qu’on préfèrerait descendre faire des courses en bas de chez soi plutôt que de conduire jusqu’à l’hypermarché. À ces tendances se sont ajoutées des préoccupations grandissantes pour l’environnement, qui fondent le succès des produits bio et locaux, et une envie d’authenticité et de sens qui pousse à revaloriser le lien social offert par les commerces de proximité. Comme l’écrit Pingki Houang, Directeur Général France de Stuart, service de livraison à la demande, face aux bas prix de la grande distribution, le commerce de proximité à la dimension humaine, en somme.

quantité d’arguments à opposer : le conseil, la proximité, le service, l’originalité de l’offre à défaut de sa profondeur, la compétence du personnel, la qualité de l’accueil, l’authenticité du cadre…

Supermarchés : nouveaux lieux de vie et d’échange

Mais pour se réimplanter durablement dans le cœur des villes, le commerce de proximité doit se réinventer. Distinguons deux sortes de commerce : les indépendants et les chaînes ou franchisés. Les seconds ont réinvesti massivement les centre-ville ces dernières années : il s’ouvre des Carrefour City, des Franprix et des Monop’Daily à chaque coin de rue. La taille des groupes auxquels ils appartiennent leur permet d’offrir des prix relativement bas et un catalogue uniformisé. Mais cela ne suffit plus : ces enseignes misent désormais aussi sur leurs offres de services pour rester pertinentes. En 2016, Carrefour a ainsi lancé une nouvelle version de certains de ses magasins City, transformés en véritables lieux de proximité. Le catalogue fait la part belle au frais, au local, au bio et au snacking, et le magasin propose des services comme le Relais Poste, la livraison gratuite, une offre de pressing en partenariat avec la conciergerie de quartier Quatre Épingles, des échanges de livres ou outils organisés en magasin avec le réseau social Mon P’ti Voisinage, rayon traiteur, etc. Le groupe Casino, propriétaire de Monoprix et de Franprix, s’était déjà lancé dans cette voie avec le concept Mandarine qui transforme les magasins Franprix en lieux de vie, avec espaces de restauration et des Relais Poste également. Comme l’écrivent Les Échos, 

le modèle du libre-service et du discount ne suffit plus à attirer le chaland. Il faut y ajouter du service, une offre plus adaptée, presque personnalisée. La proximité n'est plus une dimension physique, mais un impératif marketing, un principe a priori de la raison commerciale.

Les commerces de proximités, garants d’un service de qualité et efficace

Du côté de commerce de proximité indépendant, aussi, les choses bougent. D’abord, son poids économique est loin d’être négligeable : il représente 600 000 commerces, 1,2 millions de salariés et 72 % de l'emploi total du commerce, selon la Confédération des Commerçants de France. Ces dernières années, les centres des grandes villes se sont vus réinvestis par de nombreux nouveaux arrivants, souvent dans le commerce de bouche. Pour tirer leur épingle du jeu, ces commerces gagneraient aussi à diversifier leurs activités pour devenir de vrais lieux de passage et de vie, comme le préconise Matthieu Jolly, Services & Innovation Manager à L’Échangeur (voir interview). Mais il leur reste aussi à saisir tout le potentiel du numérique. Pour Pingki Houang, les commerces de proximité doivent être présents en ligne, utiliser les réseaux sociaux comme “canal d’information, d’animation et de fidélisation”, numériser leurs points de vente (“systèmes de caisse, étiquetage intelligent ou même réalité augmentée”) et développer des services rapides comme la livraison. Cette dernière constitue en effet un réel avantage compétitif pour les boutiques de quartier : alors que 53% des Français souhaitent être livrés en une heure, comme le rappelle le Directeur Général de Stuart, 

les courtes distances et la réactivité d’exécution qui caractérisent le commerce de proximité lui permettent de concilier, en matière de livraison, des délais extrêmement variables et des fenêtres extrêmement précises.

La proximité leur permet aussi d’effectuer ces livraisons avec des modes de transport doux, comme le vélo triporteur, ce qui contribue au désengorgement des villes et à la lutte contre la pollution atmosphérique. Les commerces de proximité sont donc les meilleurs garants d’un service de qualité pour leurs consommateurs, ainsi que du maintien d’une vie de quartier et de la dynamisation de l’économie ultra-locale. De la qualité de vie pour tous, au fond.

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

Visuel antigaspi hhp
1 min

Une appli anti-gaspi pour lutter contre la précarité alimentaire

En France, chaque habitant jette 29 kilos de nourriture par an, soit l'équivalent de 16 milliards d'euros de nourriture jetée chaque année. En parallèle, la précarité alimentaire touche 25 %...

Lire la suite
Forfait Mobilites Durables
2 min

Forfait Mobilités Durables : comment faciliter son adoption par les salariés et agents publics

Plus d'un an après l'adoption du Forfait Mobilités Durables, 20 % des employeurs ont mis en place cette mesure. Une première avancée, qui peut être accélérée par des solutions simples...

Lire la suite
Hqdefault
66 min

[WEBCONFERENCE] Contractualiser avec un fournisseur de l’ESS, quelle valeur ajoutée pour les collectivités ?

Présent au 4e salon des achats responsables coorganisé par la Région Sud et la CRESS Paca, le groupe Up, acteur emblématique de l'ESS et partenaire historique des pouvoirs publics, participait...

Lire la suite
livreur à vélo protection sociale
2 min

Vers une représentation syndicale des travailleurs de plateformes !

A quelques jours du 1er mai qui commémore les combats syndicaux gagnés pour les droits des travailleurs, des avancées sociales pour les non-salariés des plateformes numériques (livraison, VTC, etc.) ont de...

Lire la suite
Bleu blanc coeur 1.png
2 min

Produire mieux et consommer sain avec Bleu-Blanc-Cœur

Depuis vingt ans, l'association regroupe producteurs agricoles, distributeurs et consommateurs pour garantir une meilleure alimentation, la santé animale et le respect de l'environnement.

Lire la suite
forfait mobilités durables avec Up
3 min

Le Forfait Mobilités Durables en cinq questions

Sept Français sur dix choisissent encore la voiture pour leur trajet domicile-travail. Avec ce nouveau forfait, les employeurs privés et publics disposent d’un outil pour encourager l’adoption de mobilités douces.

Lire la suite
2 min

« Notre objectif est d’améliorer le bilan carbone des activités du CSE »

Le plus important CSE de Capgemini a mis en place une commission d’éco-citoyenneté avec un budget spécifique où siège un représentant de chacun des syndicats. Interview de son secrétaire, Didier...

Lire la suite
Cse environnement
2 min

Une place à prendre pour le dialogue social environnemental

Les CSE peuvent être acteurs de la transition écologique des entreprises. C'est la conviction de la Convention citoyenne pour le climat qui en a fait l’une de ses propositions.

Lire la suite
Visuel produits locaux dlq
2 min

Produits bio et locaux vs voyages aux antipodes

Tous les jeudis, dans un espace mis à disposition par la direction de l’usine Bosch de Mondeville, la moitié des salariés vient récupérer le panier de produits locaux bio, commandé...

Lire la suite