Retour

Quatre questions à Anouk Guyard et Anne-Cécile Dockès, de ESS’pace : “Faire tomber les barrières à l'entrepreneuriat des étudiants”

Anouk Guyard est coordinatrice de l’espace de coworking dédié aux étudiants entrepreneurs ESS’pace. Anne-Cécile Dockès est présidente de Solidarité étudiante et de l’association “Les ami·e·s de l’ESS’pace”. Elles nous expliquent leur approche pour démocratiser l’entrepreneuriat pour tous, et donner aux étudiants les clés d’un entrepreneuriat coopératif et solidaire.

U&R


Pourquoi avoir lancé ESS’pace ?

ACD

ESS’pace a d’abord été lancé par la coopérative Solidarité étudiante, qui a pour objet d’identifier les besoins des étudiants et de trouver des réponses coopératives. L’un des besoins identifiés était de faire tomber les barrières à l'entrepreneuriat des étudiants, qui n’est pas encore démocratisé pour ceux qui ne sont pas en école de commerce. Il y a des barrières psychologiques, culturelles, financières, de sociabilité, etc. Ess’pace est né de ça : nous est venue l’idée d’un lieu gratuit qui rassemble étudiants et entrepreneurs plus expérimentés qui partagent leurs visions avec nous, où tous puissent s’entraider et développer leur projet.

AG

On voulait aussi faire tomber une autre barrière : il y a pas mal de choses qui aident les entrepreneurs une fois que le projet est monté et qu’ils peuvent le présenter pour postuler auprès d’incubateurs. Nous nous concentrons sur la phase de pré-incubation, sans juger la qualité ou l’avancement. On est en complémentarité d’autres lieux, on aide les porteurs de projet à identifier les endroits où ils vont pouvoir continuer de développer leurs idées.

U&R


Comment se structurent vos activités ?

AG

Nous avons d’un côté un bar restaurant, dont la programmation se fait de manière participative et ouverte et que les étudiants peuvent utiliser pour un projet événementiel. L’objectif est de créer du lien entre ce lieu et l’espace de coworking. De l’autre côté, nous avons donc cet espace de coworking, lui-même divisé en deux : une partie est ouverte à la réservation pour faire vivre économiquement le lieu, l’autre accueille nos promotions de coworkers. Il y a deux promotions par an, calquées sur les semestres universitaires. On fait un accompagnement collectif : c’est un lieu où les porteurs de projet peuvent travailler gratuitement et se rencontrer. Il y a des déjeuners partagés toutes les semaines, des ateliers sur différents sujets. La nouvelle promotion vient d’être lancée et on est en train d'identifier qui a besoin de quoi pour les ateliers, qui a envie d’en animer, quels sont leur projet, leur parcours, leurs besoins et leurs envies. Toutes les deux semaines, un groupe de suivi de projets se réunit pour partager les problématiques. La première promotion lancée en septembre dernier nous a permis de tirer de premières conclusions, et notamment d’instaurer un comité de coworkers où l’on co-construit ensemble l’organisation de ces promotions. Au final, tous connaissent bien les projets et parcours des autres, ça peut les aider, les rassurer ou leur permettre de perdre moins de temps à se poser les mêmes questions.

U&R

ESS’pace, c’est parce que vous ne soutenez que des projets de l’ESS (économie sociale et solidaire) ?

AG

Dans la nouvelle promotion, les trois quarts des projets sont dans l’ESS : soit ils sont coopératifs et associatifs, soient ce sont des entreprises avec un impact social ou environnemental. On veut faire découvrir l’entrepreneuriat collaboratif et l’ESS, donc on accepte les projets en-dehors de cette sphère, et c’est aussi ça qui est intéressant. Cela les amène à se poser des questions, à valoriser certaines parties de leur projet, etc.

ACD

Anne-Cécile Dockès : Au tout début, la question s’est posée, parce qu’on a une vision précise de notre entrepreneuriat idéal ! On a choisi de diffuser l’ESS auprès de tous les porteurs de projet, donc ce n’est pas un critère de sélection, mais dans notre accompagnement on fait venir des entrepreneurs de coopératives et on partage des visions lors de nos ateliers.

AG

Même s’ils choisissent de ne pas intégrer des dimensions de l’ESS, l’objectif c’est qu’ils se soient posés de bonnes questions, sur la gouvernance ou la redistribution des revenus par exemple. Déjà, ce sera une première victoire.

U&R


Que faire pour aider encore davantage les étudiants entrepreneurs ?

acd

Il y a l’aspect déclic, qui se fait très en amont. Nous, on capte des gens qui ont déjà une idée et se disent qu’ils vont pouvoir tenter le coup. Il y en a qui n’arrivent même pas à ce cap-là. Ce qui manque, c’est d’avoir un discours plus large quand on parle d’entrepreneuriat aux étudiants. On rate une partie d’entre eux qui pourraient avoir des envies mais ne s’identifient pas comme des entrepreneurs : dans les filières de sciences humaines et sociales, par exemple, ils disent plutôt qu’ils ont un “projet personnel”, ou une “association”. Il faut leur dire que c’est aussi possible pour eux, et parler d’ESS permet parfois de les raccrocher à la logique entrepreneuriale. 

AG

On croit beaucoup au partage d’expériences. Ceux qui sont déjà intéressés viennent des écoles de commerce ou d’ingénieurs où ils sont encouragés dans cette voie. À l’université, il n’y a pas toujours les enseignements pour les premières bases de l’entrepreneuriat. C’est souvent le partage d’expériences qui leur donne envie ou leur fait se dire que c’est possible. Ça permet de dépasser la peur du “tout ou rien”, qui souvent fait qu’on ne fait rien. 

ACD

Un autre aspect, c’est la dimension financière. Certains jeunes ont eu un petit boulot pendant leurs études, mais ça ne leur permet pas de toucher le chômage, par exemple. Donc soit on est soutenu par ses parents, soit on le fait plus tard parce qu’on doit trouver un job. On encourage les étudiants à entreprendre mais personne ne se pose ces questions-là. Au-delà du financement des projets, il y a un besoin de financement des entrepreneurs.

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

replay webconférence alimentation
0 min

[WEBCONFERENCE] Le bien-manger accessible pour tous, utopie ou réalité ?

Le Groupe Up et son partenaire Bleu-Blanc-Cœur partagent la conviction que le consommateur, quels que soient son pouvoir d’achat et sa situation personnelle, doit avoir accès à une alimentation de...

Lire la suite
Le Reflet cuisine pour les étudiants
2 min

Des repas complets, frais et bons à un euro pour les étudiants

À Paris, le restaurant Le Reflet, connu pour employer des personnes porteuses de trisomie 21, a rouvert ses cuisines fin janvier en solidarité avec les étudiants, ces victimes collatérales de...

Lire la suite
UpArcad, un réseau de communication collaboratif et sécurisé
2 min

Quel outil de communication pour vos équipes autonomes ?

UpArcad, un réseau de communication collaboratif et sécurisé pour les professionnels de l’aide à domicile Parce que l’organisation des structures d’aide à la personne connaît une véritable mutation avec notamment la...

Lire la suite
Article2 cityzenvisuel
3 min

Comment optimiser l’accueil téléphonique des SPASAD ?

Une solution intelligente pour optimiser l’accueil téléphonique de votre SPASAD.

Lire la suite
Art1 visuel1
2 min

Quel logiciel pour améliorer la prise en charge des personnes aidées ?

Parce que le nombre d’intervenants auprès des personnes aidées n’a cessé de croître et que les structures qui les gèrent doivent répondre à des exigences d’efficacité, il était urgent de...

Lire la suite
Visuel journees upcityzen dlq
1 min

Retour sur les Rencontres UpCityzen

Les Rencontres UpCityzen se sont tenues du 1er au 4 décembre 2020, à l’occasion du lancement de UpArcad, la nouvelle solution du groupe Up, qui s’adresse à l’ensemble des acteurs...

Lire la suite
Visuel uparcad.png
1 min

Une solution digitale au service des acteurs du maintien à domicile

Le 1er décembre 2020, Up lançait sa nouvelle solution UpArcad, dédiée aux acteurs du maintien à domicile : une solution collaborative qui offre une vision 360 degrés sur le parcours de la...

Lire la suite
Capture video connectons seniors.JPG
1 min

Connectons nos seniors, la solution contre l'isolement

Imaginée par Up Cityzen et l’association Delta 7, la solution « Connectons nos seniors » place le numérique au service de la lutte contre l’isolement des personnes âgées et facilite...

Lire la suite
Deplaf dlq
2 min

Doublement du plafond UpCadhoc : c'est Noël avant l'heure !

Le gouvernement a décidé de doubler le plafond d’exonération des chèques cadeaux de fin d’année pour le porter de 171 à 343 euros. C'est une très bonne nouvelle pour les...

Lire la suite