Retour

3 questions à Pierre-Emmanuel Grange, fondateur de MicroDON

Pierre-Emmanuel Grange est le président et fondateur de MicroDON, une entreprise sociale principalement connue du grand public pour deux dispositifs : l’Arrondi solidaire, qui propose aux clients d’arrondir le prix de leurs achats à l’euro supérieur et de donner la différence à des associations ; et le microdon sur salaire, qui propose aux salariés de faire la même chose avec leur bulletin de paie. Il a répondu à nos questions sur l’engagement des salariés et l’avenir du mécénat solidaire.

Emmanuel grange grd

Comment l’idée de MicroDON est-elle née ?

P-E G

Je travaillais pour General Electric et j’ai fait un programme pour jeunes diplômés dans le cadre duquel j’ai été envoyé au Mexique alors que je ne parlais pas espagnol. Je savais dire “sÍ” (oui), “cerveza” (bière) et “beso” (bisou). Quand la caissière du supermarché m’a posé une question que je ne comprenais pas, j’ai dit “sÍ” parce que c’était le moins risqué, et au moment de payer je me suis rendu compte que je venais de dire oui à l’arrondi. Je suis tombé amoureux de l’idée. Une fois rentré en France j’ai lancé une association, puis en 2007 j’ai quitté GE, celle d’après j’ai incubé mon projet chez PlaNET Finance, et l’année suivante je créais MicroDON, entreprise de l’économie sociale et solidaire dédiée à ce qu’on appelle la générosité embarquée. On s’est lancé au moment de la crise financière, donc les premières années ont été très compliquées. Mais c’est en train de changer, à la faveur de l’évolution des mentalités aussi. Il y a dix ans, la RSE ça n’existait quasiment pas. Aujourd’hui, on a mis en place le microdon sur salaire dans une centaine d’entreprises et ça touche 170 000 salariés. En 2017, on aura dépassé les 10 millions d’actes de microdons sur salaire et d’arrondis en caisse : en 2016 il n’y en a eu “que” 3,7, et 1,7 en 2015. C’est enfin en train de décoller.
Quels projets le microdon permet-il de soutenir ?

P-E G

On ne s’est pas positionné sur la sélection des associations bénéficiaires : nos clients sont les entreprises, on leur vend une plateforme et un accompagnement pour mettre en place des programmes de mobilisation des collaborateurs. 100% des dons sont reversés aux associations que les entreprises elles-mêmes ont choisi, en fonction de leur activité, de leur stratégie RSE, des choix faits avec les salariés, etc. Aujourd’hui, une centaine d’associations bénéficient du microdon sur salaires, et plusieurs centaines de l’arrondi en caisse qui marche extrêmement bien. La prochaine étape pour nous, c’est de réussir à informer les salariés plus précisément sur ce que leur don a permis de financer. Sur notre plateforme, on fournit déjà un certain nombre d’informations sur l’association et son actualité, mais dire spécifiquement à quoi a servi le don, c’est encore compliqué à mettre en place.
Comment voyez-vous le futur de l’engagement solidaire en entreprise ?

P-E G

Pour nous, l’idée de la fondation d’entreprise d’antan créée par le patron et à la tête de laquelle il met sa femme pour qu’elle fasse ses bonnes oeuvres, c’est une vision datée, très verticale... et un peu machiste. On arrive à un mécénat plus horizontal qui implique les salariés et les parties prenantes dans les actions de la fondation d’entreprise -- ce qu’on appelle le mécénat participatif, ou collaboratif. Désormais les collaborateurs sont impliqués dans la réflexion stratégique qui mène à la sélection des projets bénéficiaires, mais ils peuvent aussi s’engager plus concrètement. La première étape, c’est le microdon sur salaire. La suivante, pour nous, c’est d’accompagner encore plus loin les entreprises avec lesquelles nous sommes connectés sur le sujet de la mobilisation des collaborateurs. Par exemple, certaines souhaitent organiser des journées de solidarité, d’autres des activités de team-building solidaire, d’autres encore du mécénat de compétences, pour que les salariés apportent leur expertise à des associations. Il y a donc une idée de mécénat à la carte, avec des formes d’engagement qui prennent plus ou moins de temps et parmi lesquelles on peut choisir. Nous sommes en train de faire évoluer notre plateforme pour qu’elle permette de gérer tout cela : nous travaillons dessus avec la MAIF depuis un an. Au premier trimestre nous allons voir quelques entreprises bêta-testeuses, dont le groupe Up, et au mois d’avril nos clients migreront vers cette nouvelle interface qui facilitera à la fois le microdon sur salaire et le don de temps.

Chez up, nous concevons les solutions du quotidien qui contribuent à la vitalité des organisations et au bien-être des individus
Vous souhaitez en savoir plus sur nos engagements ?
Rendez-vous sur up.coop

Sur le même thème

replay webconférence alimentation
0 min

[WEBCONFERENCE] Le bien-manger accessible pour tous, utopie ou réalité ?

Le Groupe Up et son partenaire Bleu-Blanc-Cœur partagent la conviction que le consommateur, quels que soient son pouvoir d’achat et sa situation personnelle, doit avoir accès à une alimentation de...

Lire la suite
Le Reflet cuisine pour les étudiants
2 min

Des repas complets, frais et bons à un euro pour les étudiants

À Paris, le restaurant Le Reflet, connu pour employer des personnes porteuses de trisomie 21, a rouvert ses cuisines fin janvier en solidarité avec les étudiants, ces victimes collatérales de...

Lire la suite
UpArcad, un réseau de communication collaboratif et sécurisé
2 min

Quel outil de communication pour vos équipes autonomes ?

UpArcad, un réseau de communication collaboratif et sécurisé pour les professionnels de l’aide à domicile Parce que l’organisation des structures d’aide à la personne connaît une véritable mutation avec notamment la...

Lire la suite
Article2 cityzenvisuel
3 min

Comment optimiser l’accueil téléphonique des SPASAD ?

Une solution intelligente pour optimiser l’accueil téléphonique de votre SPASAD.

Lire la suite
Art1 visuel1
2 min

Quel logiciel pour améliorer la prise en charge des personnes aidées ?

Parce que le nombre d’intervenants auprès des personnes aidées n’a cessé de croître et que les structures qui les gèrent doivent répondre à des exigences d’efficacité, il était urgent de...

Lire la suite
Visuel journees upcityzen dlq
1 min

Retour sur les Rencontres UpCityzen

Les Rencontres UpCityzen se sont tenues du 1er au 4 décembre 2020, à l’occasion du lancement de UpArcad, la nouvelle solution du groupe Up, qui s’adresse à l’ensemble des acteurs...

Lire la suite
Visuel uparcad.png
1 min

Une solution digitale au service des acteurs du maintien à domicile

Le 1er décembre 2020, Up lançait sa nouvelle solution UpArcad, dédiée aux acteurs du maintien à domicile : une solution collaborative qui offre une vision 360 degrés sur le parcours de la...

Lire la suite
Capture video connectons seniors.JPG
1 min

Connectons nos seniors, la solution contre l'isolement

Imaginée par Up Cityzen et l’association Delta 7, la solution « Connectons nos seniors » place le numérique au service de la lutte contre l’isolement des personnes âgées et facilite...

Lire la suite
Deplaf dlq
2 min

Doublement du plafond UpCadhoc : c'est Noël avant l'heure !

Le gouvernement a décidé de doubler le plafond d’exonération des chèques cadeaux de fin d’année pour le porter de 171 à 343 euros. C'est une très bonne nouvelle pour les...

Lire la suite